Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je vous ai à l'oeil !

Pour tous les participants qui ont des problèmes de vue, une question risque de se poser.

Comment concilier bonne vision et désert ?

Quand on a des problèmes de vue et qu'on est coureur on a 3 solutions.
- Porter des lunettes
- Porter des lentilles
- Ne rien porter pour courir (si, si c'est possible)

Suivant la correction nécessaire il est parfois possible de se passer de ses lunettes pour courir, surtout lorsqu'on coure sur route.

C'est un peu moins facile dès lors qu'on s'attaque au trail où il faut à la fois voir où on met les pieds, mais parfois aussi être capable de repérer le bout de rubalise qui marque le tracé à suivre. Pour ce qui est de la course d'orientation, où vous devez lire une carte et chercher une balise, je ne vous en parle même pas (enfin je vais vous en parler mais plus tard).

Bien sur pour corser le tout, on ajoute deux problèmes supplémentaires à savoir le soleil (et la luminosité en général), et bien sur la présence permanente du sable (qui a tendance à venir se glisser là où il ne faut pas, y compris dans les yeux)

Vues les conditions de course du Marathon des Sables, il est clair qu'il faut privilégier la vision de loin. La lecture du road book en course est quand même limitée, mais pouvoir définir une trace entre les dunes ou repérer les balises qui jalonnent le parcours reste quand même important.

 

Les lunettes

L'avantage c'est qu'elles sont plutôt facile à gérer, y compris avec le sable.

Je vous ai à l'oeil !

La contrainte principale va être la gestion des lunettes de soleil. Difficile de faire l'impasse sur les verres filtrants.

La solution idéale dans ce cas là reste la réalisation de lunettes de soleil (et si possible adaptées à la course) à votre vue. Vous aurez probablement parfois besoin de jongler avec les versions solaire/vue mais ça reste une contrainte assez limitée d'autant que les sacs proposent de plus en plus de petites poches facilement accessibles.

Une autre solution, plus ancienne mais qui fonctionne toujours bien est l'utilisation de verres solaires qui vont venir se clipser sur vos lunettes de vue. Simple à gérer mais il faut bien faire attention à la tenue de vos lunettes car cela va les alourdir et modifier leur stabilité sur le nez.

Dernière possibilité, porter deux paires de lunettes l'une sur l'autre. Ce n'est pas gagné d'avance mais dans certains ca ça fonctionne !

 

Les lentilles

C'est une solution qui permet de solutionner l'aspect "lunettes de soleil" puisque dans ce cas là, on se retrouve dans la même configuration que les coureurs ayant une vue normale.

Je vous ai à l'oeil !

Par contre les lentilles impliquent quelques précautions au niveau de leur utilisation et de l'hygiène.

Il faut déjà vous assurer que vous allez les supporter dans le climat local. Devant le chaud et sec, on n'est pas tous égaux. 

Ensuite il y a le sable. Déjà qu'en temps normal ce n'est pas agréable d'en avoir dans les yeux, alors avec des lentilles ça peut vite devenir compliqué à gérer. A la première alerte, il ne faut pas hésiter à les retirer.

Pour finir, il y a l'hygiène lors de la pose et de la dépose des lentilles. Pas toujours facile de conserver des mains propres et de se trouver un endroit à l'abirs du vent et du sable dans le désert.

 

En pratique

Il n'y a donc pas de solution miracle. Mais je peux au moins vous expliquer comment je gère le problème.

Je suis myope. Pour faire simple je vois très bien de près mais mal de loin. Pour lire, pas besoin de lunettes, mais pour conduire elles me sont indispensables.

J'ai la chance d'avoir une correction compatible avec les lentilles. Donc j'en porte depuis plusieurs années, le déclencheur ayant été la Course d'Orientation. C'est terriblement frustrant de courir en CO avec des lunettes. Quand il pleut, même avec une casquette, on ne voit plus rien, quand il fait froid, c'est la buée, et quand il fait chaud, ce sont les gouttes de transpiration. 

Alors passage aux lentilles pour solutioner tout ça, sauf que... Avec les lentilles, je vois très bien de loin, mais la correction m'empêche de voir de près. Le comble quand on sait que malgré mes 10/10 de près, je suis obligé de porter des loupes pour lire quand j'ai mes lentilles.

Du coup, j'ai travaillé ce point avec mon ophtalmo, et on a trouvé une correction intermédiaire adaptée spécialement à la CO. Je perds un peu sur la vision de loin, mais par contre je peux lire une carte de CO sans lunettes (pour info je passe d'un -3,25 pour voir de loin à un -2,75 pour une bonne vision mixte).

Et bien ce sont ces lentilles là que je vais emporter sur le MDS. Un excellent compromis.Bien sur ce seront des lentilles jetables. Pas question de s'amuser avec les bains de produit sous les tentes berbères.

J'ai utilisé cette méthode sur la Trans 333 (4 jours de course en non stop dans la même région) et je les avais bien supportées.

 

Le protocole sera assez simple.

Le matin, après le lever, je mets les lentilles jetables, au calme sur le bivouac.

Je les conserves pendant toute l'étape, ce qui me permet d'utiliser mes lunettes de soleil.

A l'arrivée au bivouac je conserve les lentilles jusqu'au moment où les lunettes de soleil ne sont plus indispensables, puis je les jette et je mets mes lunettes de vue.

Si jamais dans la journée un problème particulier survenait (sable ou autre), j'ai toujours la possibilité de les enlever et de reprendre mes lunettes de vue. Bien sur, je vais perdre l'usage des lunettes de soleil dans ce cas, mais c'est quelque chose qui ne s'appliquera qu'en mode "dégradé", donc j'accepte de courir le risque.

Pour la longue, je prévois de retirer les lentilles au début de la nuit histoire de laisser mes yeux se reposer et de finir l'étape avec les lunettes (plus de problème de soleil à ce moment là) sauf en cas de mauvaise météo où je conserverais les lentilles pour permettre le port du masque transparent

J'emporte une paire de lentilles par jour, ça ne pèse rien, + une paire en secours (essayez de les mettre le matin au bivouac s'il y a un vent de sable).

Pas de collyre. En cas de sécheresse le matin, j'utilise l'eau des capsules, et en journée, je me rince les yeux à l'eau mais sans boisson énergétique ;-)  En cas de problème plus sévère je ferai appel à l'infirmerie.

En cas de vent de sable pendant la course, je garde les lentilles tant que j'arrive à protéger mes yeux. Pour celà vous pouvez utiliser un masque spécial de protection, ce sera toujours moins ridicule que le bon vieux masque de ski...
 

Je vous ai à l'oeil !

...Ou bien vous pouvez utiliser un cheche avec vos lunettes de soleil (ou mieux avec un des lunettes de course sur lequelles vous aurez mis des verres blancs ou jaunes). Super efficace !

Je vous ai à l'oeil !

Voilà. Si vous avez des lentilles, emportez-les !

Ce n'est pas incompatible avec le désert !

Tag(s) : #equipement, #tenue, #MDS 2015

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :